MOUVEMENT MALIVALEURS « Transcrire la mémoire »

malivaleurs-entete.jpgRapport narratif du Programme « Transcrire la mémoire »

Activités 2012

L’année 2012 a débuté avec la mobilisation de nos collectifs de chercheurs et écrivains en vue de documenter le mandat d’ATT sous un angle critique (projet de livre sur les cent derniers jours du mandat d’ATT). Le coup d’Etat du 22 mars nous a conduits à élargir la démarche afin de documenter la crise dans laquelle le Mali était en train de s’installer. Le Mouvement Malivaleurs s’est dès lors structuré pour être sur un maximum de fronts.

Un manifeste des écrivains et intellectuels a été publiée le 4 mai 2012 pour dénoncer les dégradations de patrimoine culturel à Tombouctou et se porter partie civile contre les groupes armés (voir sur  www.editionslasahelienne.net  www.malivaleurs.net, reportages de l’ORTM, de France 24 et autres chaînes internationales)

Pour le conduire nous avons mis en place le Collectif Parties Civiles.

Au chapitre des écrits et débats, nous avons monté l’opération Transcrire la mémoire et publié plusieurs ouvrages dans la collection Regards sur une crise (voir sur www.editionslasahelienne.net). Ces publications ont été suivies par de nombreux forums auxquels nos auteurs ont participé : Bamako, Ségou, Mopti, Kati, Saint Louis du Sénégal, Dakar, Abidjan, Nouakchott, Brazzaville, Paris, Marseille, Bruxelles, Genève, Lyon.

Un important programme jeunesse

Des Centres aérés ont été mis en place entre juillet et septembre 2012, avec des activités de rencontres entre jeunes déplacés/jeunes des sites d’accueil, voyages de groupes, ateliers, résidences, prise de parole et interpellations publiques.

Les collectifs Enfance Heureuse et Nouvelles générations ont été mis en place, à la faveur des activités.

Une Charte des nouvelles générations est née de ces débats et a été présentée au Premier ministre de l’époque, au ministre de l’Education et à l’opinion, via les média et forums du Mouvement Malivaleurs.

Plus de trois cent jeunes ont participé à ces voyages de groupe et résidences à Bamako, Kati, Ségou, Markala, Siby. Les prospections réalisées dans les camps de réfugiés au Burkina ont conclu à la nécessité de surseoir aux rencontres dans ces sites.

Des manuscrits sont issus des ateliers et portent sur le ressenti des jeunes participants face à la guerre et la crise (en attente de publication).

Neuf collectifs nés en 2012/2013 sont venus renforcer Malivaleurs:

  1. – PEN International Mali présidé par Ismaila Samba Traoré,
  2. – La ligue des écrivains du Mali présidée par Doumbi Fakoly,
  3. – le collectif des historiens et hommes de culture, coordonné par Chirfi Moulaye et placé sous l’autorité morale du Pr Bakari Kamian
  4. – le collectif Enfance Heureuse présidé par Bintou Sanogo
  5. – le collectif Nouvelles Générations présidé par Aïcha Diarra
  6. – le collectif Faire connaissance avec…piloté par Mariam Koné vise à tourner l’esprit et le cœur des jeunes vers une culture de la paix, du dialogue/réconciliation, de la citoyenneté et du modèle vertueux.
  7. – le Collectif Parties Civiles, en veilleuse
  8. – le collectif Poètes sans frontières présidé par Hamidou Berthé
  9. – le collectif Maison de la poésie du Mali présidé par Coumba Kéïta et Aïcha Diarra.

  Bibliothèque Rabia et Fodé Ousmane/Espace de dialogue.

Notre bibliothèque d’appui à la lecture et son espace de dialogue de Bako Djikoroni ACI ont vu le jour. Ils sont connus maintenant du public et des médias grâce à une impressionnante médiatisation nationale et internationale. L’espace Rabia et Fodé Ousmane a accueilli neuf (9) rencontres sur le thème de la crise, de la diversité culturelle, du dialogue et de la paix sociale.

Des concertations ont eu lieu en milieu rural

  • Rencontre à Tèguè Koro autour de Greg Polk, Fodé Kéïta, Modibo Traoré, Dr Diakité, médecin chef du lieu pour le montage des « sigi ka kouma » au village
  • Deux Rencontres à Balandougou dans le Mandén autour du chef de village Fafrén Kéïta, ses conseillers, les représentants des jeunes, afin de monter le schéma des « villages d’inviolabilité » (dossier sur demande).
  • Institut rural Nakamissa à Balandougou dans le Manden

Il s’agit d’un espace de formation et d’hébergement pour accueillir les formations en médiation et résolution des conflits. L’institut fonctionne comme centre d’écoute des personnes en détresse psychologique et atelier-résidence pour les nouveaux leaders communautaires. Il va structurer et diffuser le schéma des « villages d’inviolabilité ».

Séminaires jeunesse et reprofilage du programme jeunesse

  • Rencontre à Ségou et mise sur pied de Groupes de réflexion
  • 3 rencontres à l’espace de dialogue Rabia et Fodé Ousmane autour des thèmes suivants :
  • Comment lutter contre la démotivation des jeunes
  • Comment agir pour impacter les élections à venir et relever le taux de participation
  • Restitution de la méthode d’évaluation de DOEN (cf : Atelier Claudia Fontès/Ismaila Samba Traoré et partenaires de DOEN)

Le Mouvement Malivaleurs a bénéficié du soutien de l’Ambassade des Pays Bas, de DOEN, de l’Ambassade de France, du Mouvement Malivaleurs, de La Sahélienne, du collectif Les amis de Greg.

 

Bamako, le 1ér Juin 2013

Ismaila Samba Traoré

Ce contenu a été publié dans Programmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à MOUVEMENT MALIVALEURS « Transcrire la mémoire »

  1. auteur dit :

    Avec Malivaleurs, je me sens au cœur des défis de ma génération. Faites comme moi, pensez à l’avenir de pays, sauvegardez ses valeurs, comme Malivaleurs.

Répondre à auteur Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *