Proclamation des résultats du Concours national: » Transcrire la Mémoire de notre société »

Le Mouvement Mali Valeurs ET PEN MALI, avec la collaboration du ministère de l’Education nationale et le Centre culturel Tumast, ont organisé un concours national sur le thème : «transcrire la mémoire de notre peuple»,

C’était une opération de recherche-écriture sur les hommes et femmes patriotes, travailleurs, bâtisseurs, penseurs, citoyens exemplairesou sur l’histoire des villages, des noms de famille et des groupes ethniques, qui a regroupé élèves du niveau fondamental pour la catégorie junior et lycéens, étudiants, adultes en activités ou retraités pour la catégorie senior. Ce concours a été en mois de juin et la proclamation des résultats s’est fait lors de la rencontre internationale des écrivains pour la paix et la cohésion sociale en Afrique le 29 septembre 2015 au centre culturel Tumast à 19h

Le résultat se présente comme suite :

Le Jury du concours composé de Ousmane Konaté (président, Pr de lettres), Sékou Diabaté (Pr de lettres), Mme Awa Diallo (romancière, journaliste), Sidilamine Ag (écrivain), ont, après dépouillement de  douze manuscrits déposés à leur niveau, retenu les postulants suivants.

Dans la catégorie Junior, un seul prix dénommé «Prix John Saul» a été décerné au Lycée Aboubacar Sanogo pour son texte intitulé: «Sékou le sage». Il a reçu des mains du président international de Pen Mali, 100.000 FCFA, un diplôme et l’assurance d’éditer son texte avant décembre 2015.

Dans la catégorie senior, le Prix Youssouf Tata Cissé a été enlevé par Youssouf Touré pour sa narration: «Une page de la mémoire de notre société». Un texte qui raconte le parcours d’Aminata Dramane Traoré, ancienne ministre de la Culture et altermondialiste connue pour ses idées en faveur d’une renaissance de l’Afrique, en général, et du Mali en particulier.

Le Prix Moussa Konaté a quant à lui été accordé à Ibrahima Traoré pour son écrit titré : «Le combat sans relâche contre l’excision au Mali de Joséphine, directrice du programme national de lutte contre l’excision».  Comme le jeune vainqueur junior, ces deux ont aussi reçu chacun 100.000 FCFA, un diplôme, et assuré l’édition de leur texte par les organisateurs avant décembre prochain.

D’autres prix, pas les moindres, ont été offert. Le Prix Bakari Kamian a été remis à Latiki Kouma pour sa rédaction nommé : «La culture chez nous». Le prix Ibrahima Ly a été décerné à Sirafily Django pour son texte Victor Sy, une légende vivante. Le Prix Issaka Bagayoko a été donné à Mahfouze A. Cissé pour son écriture : «Karou, création, économie et patrimoine culturel». Le Prix Malivaleurs de soutien à la recherche a été attribué à Seydou Nomoko pour son texte titré : «Momo Traoré, amazone de Sikasso». Tous ceux-ci ont reçus 75.000 FCFA, un diplôme et l’assurance d’être édité avant la fin d’année 2015 à été décerné à tous ceux qui ont été primé

Un diplôme de participation a été également décerné à tous ceux qui ont participé aux concours